[Portrait] Maxence Faivre d’Arcier, un homme d’action et de dévouement | Saint-Christophe ASSURANCES
Coronavirus : retrouvez toutes les recommandations officielles. En savoir plus
13 / 05 2016

[Portrait] Maxence Faivre d’Arcier, un homme d’action et de dévouement

Lorsqu’en mai 1964, Maxence Faivre d’Arcier est nommé directeur général de la Mutuelle Saint-Christophe, il apporte à la société, qui a à peine deux ans d’existence, les compétences dont elle a besoin. Ancien chef de service au ministère de l’Education nationale, puis inspecteur général des Finances et membre de la section financière du Conseil Economique et Social, il connaît parfaitement les rouages économiques et les décideurs du microcosme des affaires. Ses relations au sein du monde des assurances et, surtout, de leur ministère de tutelle vont lui être précieuses pour passer les caps difficiles. En outre, cet homme réservé et d’une grande courtoisie, qui a déjà participé à de nombreuses œuvres catholiques, est très proche des ecclésiastiques. Ses deux frères sont prêtres et ses deux sœurs religieuses.

A sa compréhension des problèmes et des besoins des sociétaires de la Mutuelle, il ajoute une rigueur dans l’action et une force de conviction qu’il saura mobiliser pour faire accepter des décisions souvent difficiles. Quant à son dévouement au service de la Mutuelle, un seul exemple suffit à en dire la sincérité : pendant les onze ans où il en sera directeur général, il refusera de recevoir le moindre salaire. Il acceptera seulement une modeste indemnité dont il ne voudra jamais qu’elle soit réévaluée.

Remonter